Experts
Claire
ROGEL-GAILLARD
claire.rogel-gaillard@jouy.inra.fr
INRA/AgroParisTech, UMR1313, Laboratoire de Génétique Animale et Biologie Intégrative, équipe INRA-CEA Génétique Immunité Santé, Jouy-en-Josas
Disciplines
Infrastructures
Databases
Bibliography
Resources
Introduction
Le porc domestique et le porc sauvage ou sanglier appartiennent tous deux à l’espèce Sus Scrofa. Le porc domestique est classé en Sus scrofa domestica et le sanglier le plus commun en Sus scrofa scrofa. Le porc domestique et le sanglier sont interféconds. Ils diffèrent par leur nombre de chromosomes : 36 pour le sanglier et 38 pour le porc domestique.
L’espèce porc a été domestiquée suite à la sédentarisation des hommes et à l’apparition de l’agriculture il y a environ 10000 ans. Le porc domestique est une espèce d’intérêt économique et biomédical. Il constitue un modèle en santé humaine de par l’existence de caractéristiques anatomiques et physiologiques comparables à celles de l’homme: structure de la peau, réponse à des régimes athérogènes, anatomie cardio-vasculaire, système urinaire, anatomie et fonctionnement du rein. Les propriétés anatomiques et physiologiques d’organes tels le foie, le pancréas, le rein et le cœur font du porc un animal reconnu d’intérêt pour la xénogreffe. L’anatomie gastro-intestinale du porc diffère de celle de l’homme mais les processus digestifs étant similaires, le porc est intéressant pour l’étude de pathologies digestives. Il existe des races de porcs miniatures (Yucatan, Hanford, Gottingen) précieuses dans des protocoles expérimentaux pour lesquels la taille des animaux de ferme serait un obstacle.
Reproduction
General
Tools