Experts
Thierry
LEPAGE
lepage@obs-vlfr.fr
UMR7009 CNRS/UPMC, Villefranche-sur-Mer
Disciplines
Infrastructures
Databases
Bibliography
Resources
Introduction
Pendant plus d’un siècle, l’oursin a été utilisé principalement comme organisme modèle lors d’études sur l’évolution, et en biologie du développement. En effet, le phylum des échinodermes est le plus proche de celui des chordés, et le développement de l’oursin est très singulier : il se développe selon un plan embryonnaire de type bilatéral mais présente à l’état adulte un corps à plan radial. Depuis quelques années, beaucoup d’études s’orientent vers leur écologie, et vers l'écotoxicologie.

A ces intérêts d’ordre scientifique, s’ajoutent la facilité de récolte et d’élevage en laboratoire de ces espèces et d’autres facilités de manipulation : possibilité d’obtention d’un très grand nombre de gamètes, transparence des œufs, des embryons et des larves, ou encore possibilité d’effectuer des fécondations artificielles sont des exemples parmi tant d’autres.

L’oursin Paracentrotus lividus, échinoderme de la famille des Echinidae, est la principale espèce comestible dans la zone méditerranéenne et atlantique nord-est. C’est l’un des échinodermes modèles les plus utilisés. Le développement d’outils moléculaires et des techniques permettant l’extinction ou l’expression forcée de certains gènes chez Paracentrotus lividus permettent d’analyser les réseaux de gènes dont l’activité est essentielle au cours du développement.

Le séquençage du génome de l’espèce Strongylocentrotus purpuratus, appelé aussi oursin pourpre, a montré que l’oursin partage avec l’homme de nombreuses similarités génétiques. Ces données renforcent aujourd’hui l’utilisation de l’oursin notamment en biologie cellulaire et moléculaire, mais aussi pour des études sur certaines maladies humaines.
Reproduction
General
Tools